Référence à la charte

AMBITION 3 - Renforcer la solidarité territoriale, la cohésion sociale et améliorer le cadre de vie

Etat d'avancement
Eléments fincnaciers
Partenaires
  • Conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur
  • Commune d'Arles
Instance concernée
  • Commission culture et animation du territoire
  • Conseil scientifique du Musée de la Camargue
Indicateurs

Réalisation de trois oeuvres de Tadashi Kawamata:

  • Horizons
  • Escale
  • Décise
Bon à savoir !

Un livret mémoire des Sentiers de l’eau en Camargue a été édité pour être diffusé auprès des groupes et visiteurs du Musée de la Camargue.

Visible en 1 clic !
Zoom sur...

L'exposition du Musée Le fil de l’eau…. Le fil du temps en Camargue présente les maquettes des 3 projets, qui invitent les visiteurs à se rendre sur les 6 sites retenus pour l’intérêt de leurs paysages et la mise en valeur du rôle de l’eau en Camargue.

<< Retour aux articles

Les Sentiers de l'eau

Tadashi Kawamata, un artiste japonais renommé, a été invité début 2010 à créer un parcours de six installations, intitulé "Les Sentiers de l’Eau".

Ces créations, entre sculpture et architecture, visent à mettre en valeur le paysage et le patrimoine camarguais et donnent à voir une autre Camargue, au-delà des idées reçues.

En donnant de nouveaux points de vue sur la Camargue depuis des sites accessibles au public, ce projet dans son ensemble vise une approche originale de la notion de protection de l’environnement et de développement durable. Il s’agit d’instaurer une confiance nouvelle entre le visiteur ou l’usager et ce territoire qui l'accueille ou le fait vivre. L’œuvre doit participer à une meilleure compréhension des enjeux environnementaux et des interactions homme/nature qui ont façonné le territoire de Camargue.

Ce projet  s’est inscrit dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires et de Marseille-Provence 2013 Capitale Européenne de la Culture. Il a été initié début 2010 par des membres du Parc naturel régional de Camargue, du Domaine départemental du château d’Avignon, de la ville d’Arles et du CPIE (Centre permanant d’initiative à l’environnement) Rhône Pays d’Arles, qui ont fédéré autour d’eux un groupe de commanditaires investis dans la gestion du territoire camarguais aussi bien au niveau environnemental que patrimonial et culturel.

Entre mai 2011 et mars 2013, 3 workshops ont permis à 56 étudiants venus d’écoles d’architecture, des beaux-arts et d’écoles du paysage, de travailler avec Tadashi Kawamata et l’architecte Olivier Bedu, chargé de la maîtrise d’œuvre des constructions réalisées dans le cadre de ce projet.

  • La construction  d’Horizons, devant le Musée de la Camargue et son acquisition par le Musée, entre pleinement dans le plan global de rénovation du Musée de la Camargue. Cette oeuvre joue un rôle permanent dans la programmation pédagogique du service des publics et invite les visiteurs à contempler le paysage agricole dans lequel elle s’inscrit, puis à cheminer sur le sentier de découverte qu’elle indique. Son inauguration, le 1er mars 2013 a accueilli 500 personnes.
  • Escale est une oeuvre située sur le ségonnal, rive droite du Grand Rhône, à la station de pompage la Grande Montlong, sur la route d'Arles vers Salin-de-Giraud. 20 étudiants venus d’écoles d’architecture et du paysage ou d’écoles des beaux-arts ont participé à ce workshop.

A proximité de cette œuvre, une table d’interprétation du paysage met en valeur le système de prise d’eau à crémaillère de la Grande Montlong et informe les visiteurs sur son rôle dans l’irrigation et le drainage de la Camargue et sur le rôle protecteur des digues du Rhône.

  • Décise, réalisée à partir d’une barque de marins pompiers de 6 m de long, a descendu le Rhône jusqu’à Salin-de-Giraud le 14 juillet, dans le cadre de la journée buissonnière en Camargue du festival de musique Les Suds à Arles. Grâce à la participation des marins et des bateaux de l’association «l’Allège d’Arles» les participants ont pu faire la «décise» (mot provençal qui signifie descente du Rhône en bateau) pour accompagner l’oeuvre tractée jusqu’à Salin-de-Giraud.

En septembre 2014, l’œuvre a été remontée par les marins de l’Allège du Rhône de Salin-de-Giraud à Arles, où elle est installée sur le quai St Pierre de Trinquetaille, à proximité d’une table d’interprétation du paysage fluvial.