Référence à la charte

Ambition 2 - Article 4.1 Conserver les espaces naturels remarquables et leurs interconnexions

Etat d'avancement
Eléments fincnaciers
Partenaires
  • Europe, Etat - DDTM des Bouches-du-Rhône
  • Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur
  • Commune, SEMIS et centre de secours des Saintes Maries de la Mer
  • Direction interrégionale de la mer, Prud’homie de pêche de Martigues
  • GIS Posidonies
  • Agence des aires marines protégées, Réseaux d'aires marines protégées
Instance concernée
  • Commission protection de la nature, études, recherches scientifiques
  • Commission gestion de l’eau et des milieux aquatiques, chasse et pêche
  • Comité de pilotage sites Natura 2000
Indicateurs
  • Arrêté ministériel de création d’un cantonnement de pêche dans le golfe de Beauduc signé le 25 septembre 2013.
  • 450 ha de cantonnement de pêche dans le golfe de Beauduc
Bon à savoir !

Le plan de gestion de la réserve marine, élaboré en concertation avec les pêcheurs, prend en compte les objectifs so­cio-économiques, de conservation des ressources naturelles et de restau­ration des milieux, la gestion des usages, les moyens humains et matériels, l'évaluation et les suivis.

Zoom sur...
<< Retour aux articles

Réserve marine et zone de protection de la pointe de Beauduc

L’arrêté ministériel de création du cantonnement de pêche a été signé le 25 septembre 2013. La zone retenue concerne 450 ha, soit 1/10e de la superficie du golfe de Beauduc.

De multiples partenariats ont permis la réalisation de cette opération, notamment avec

  • l’Institut océanologique méditerranéen et le GIS posidonie pour la programmation scientifique et le suivi,
  • Phares et Balises pour la pose, la location et l’entretien de 6 balises de délimitation
  • la prud’homie de Martigues pour les pêches scientifiques.

Balisage définitif de la réserve marine

Les demandes officielles de balisage et la signature d’une convention entre le Parc et Phares et Balises ont abouti à l’immersion de 2 balises provisoires pour l’été 2014 puis des 6 balises définitives - des croix de Saint-André à flotteur immergé - en novembre. Le Parc gère également les relevés bathymétriques des zones d’implantation et l’information auprès des acteurs locaux.

Suivis scientifiques

Dans le cadre de conventions de partenariat (prud’homie de Martigues, GIS Posidonie/Institut méditerranéen d’océanologie), des campagnes de pêches scientifiques ont été organisées tout au long de l’année pour établir l’état initial des peuplements de poissons adultes et juvéniles du cantonnement de pêche et de sa périphérie.

Surveillance, sensibilisation, suivis de fréquentation

Les agents du Parc possédant le permis bateau effectuent chaque année des sorties de surveillance, de suivi et de sensibilisation des zones marines protégées en mer. Un écogarde a par ailleurs été recruté pour la période estivale en 2015.

Les partenariats avec la SEMIS (capitainerie) et le centre de secours des Saintes-Maries-de-la-Mer ont facilité le travail de l’équipe du Parc (appontement, cale de mise à l’eau, formation à la sécurité). Ces sorties visent plusieurs objectifs:

  • la surveillance (dont 4 missions conjointes avec les ƒƒaffaires maritimes et 3 réalisées de nuit),
  • la sensibilisation des plaisanciers dans le cadre de la ƒƒcampagne régionale « Ecogestes en Méditerranée » (journées de sensibilisation à quai à Port Saint Louis du Rhône, entretiens avec des plaisanciers en mer et au port),
  • la participation à des suivis (nurseries artificielles, ƒƒobservatoire du paysage).

Expérimentation de dispositifs de nurseries artificielles (DNA)

L’étude technique a permis d’établir la fréquentation de la zone par les juvéniles de poissons selon leur mode d’occupation de la colonne d’eau - du fond à la surface - et de proposer des dispositifs adaptés aux espèces ciblées. L’immersion des 32 dispositifs de nurseries artificielles à proximité des 2 balises les plus côtières a été réalisée début août à l’aide d’une barge, d’un bateau et de 3 plongeurs professionnels. Des ancres à vis et chaînes maintiennent les structures dans le sédiment. La visite à 1 mois a montré la bonne tenue des structures mais aussi une importante turbidité associée à une forte sédimentation. Une plongée pour suivre la colonisation a eu lieu mi-octobre 2014 et a montré les premières arrivées de populations (serrans, seiches…). L’expérimentation, qui bénéficie d’une autorisation d'occupation temporaire (A.O.T) de deux ans, permettra de suivre la colonisation des dispositifs par les juvéniles et leur tenue sur le site.

Suivi de l’herbier de la pointe de Beauduc

La cartographie réalisée par GPS montre que l'herbier occupe une surface de 4,5 ha en 2014 contre 3,7 ha en 2013. 4 espèces y sont répertoriées : rupelle spiralée, zostère naine, zostère marine et cymodocée (observée pour la première fois cette année).

En 2015, les relevés cartographiques ont montré une augmentation de la surface de l’herbier qui passe de 4,5 ha en 2014 à 7,5 ha.

Ces résultats sont encourageants vis-à-vis des mesures de protection et  de  surveillance. Une quarantaine de Grandes Nacres, espèce protégée, y ont été recensées, contre 5 individus en 2014.