Référence à la charte
Etat d'avancement
Eléments fincnaciers
Partenaires
Instance concernée
Indicateurs
Bon à savoir !

Tenez-vous informé de la réglementation en vigueur sur le site du ministère de l’Ecologie : http://www.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=12322 et sur le site de l’Union française des centres de sauvegarde de la faune sauvage : http://uncs.chez.com

Visible en 1 clic !
Zoom sur...

Le parc ornithologique de Pont de Gau

L’équipe du parc ornithologique, situé sur la route des Saintes-Maries-de-la-Mer, est qualifiée pour vous informer et vous conseiller sur les premiers soins à apporter à un oiseau. Si son état le nécessite, l’équipe pourra aussi le prendre en charge bénévolement: 04 90 97 82 62 ou contact@parcornithologique.com

<< Retour aux articles

Je trouve un animal sauvage blessé. Que dois-je faire ?

Milan noir_PNRC

Si c’est un oiseau bagué…

S’il est juste commotionné, avant de le relâcher, relevez :

  • les références de la bague (ne lui enlevez surtout pas !)
  • le nom de l’espèce (si connu ; vous pouvez aussi le photographier ou le décrire – plumage, taille, couleur etc.)
  • la date, le lieu précis et les circonstances de la découverte
    et contactez le Centre de recherche par le baguage des populations d'oiseaux.

Si l’oiseau est mort, envoyez la bague avec toutes les indications nécessaires au Centre de recherche par le baguage des populations d'oiseaux (un formulaire est téléchargeable sur le site Internet).

S’il est blessé, contactez le Centre de sauvegarde de la faune sauvage le plus proche.

Si vous trouvez un oiseau blessé et qui n’est pas bagué, contactez aussi le Centre de sauvegarde de la faune sauvage le plus proche.

Les précautions à prendre pour sa capture et son transport

Pour attraper un oiseau, le plus simple est de le couvrir avec un linge ou une couverture, ce qui lui évitera un stress supplémentaire. Il est important de garder votre calme, de ne pas faire de gestes brusques et de manipuler l'animal avec des gants si possible.

Important : méfiez-vous des serres des rapaces et pensez à vous protéger du bec et de la détente du cou des échassiers (héron, cigogne…) en maintenant leur tête d’une main.
Ne manipulez aucun mammifère ou carnassier (chauves-souris, renard, blaireau…) à mains nues : les animaux sauvages peuvent être vecteurs de maladies. En cas de morsure ou de griffure, contactez immédiatement votre médecin.

Dans la mesure du possible, placez l’animal dans un carton adapté à sa taille, percé de quelques trous pour l’aération. N’utilisez jamais de cage grillagée ou munie de barreaux susceptibles de lui infliger des blessures supplémentaires. Conservez l'animal dans un endroit tempéré, au calme (le stress peut s'avérer mortel). Ne le faites ni boire ni manger et ne lui donnez aucun médicament sans avoir au préalable pris conseil auprès d’une personne qualifiée.

Prévenez rapidement le Centre de sauvegarde de la faune sauvage le plus proche (ou à défaut, un cabinet vétérinaire) afin que l'animal soit soigné le plus vite possible. Au-delà de deux jours sans soins, les chances de relâcher un oiseau victime d’une fracture sont quasiment nulles.

Si vous devez le transporter vous-même, calez le carton bien fermé dans le coffre de la voiture. Ne laissez pas l’animal en liberté dans votre voiture, même s’il est inconscient : un animal choqué peut reprendre conscience en quelques minutes.

Important : le transport d’un animal sauvage, protégé ou chassable (c’est-à-dire les espèces gibier) - vivant ou mort - est illégal et très sévèrement réglementé. Cependant, une tolérance permet aux particuliers qui secourent un animal blessé de le transporter vers un centre de sauvegarde, à condition que ce transport s’effectue rapidement. Au préalable, il est conseillé de prévenir le service départemental de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage ou la gendarmerie.

Des rencontres inattendues sur le littoral…

Une promenade sur le littoral peut aussi vous réserver des rencontres qui, bien qu’exceptionnelles, peuvent déconcerter. Sachez donc que si vous trouvez une tortue marine échouée, blessée ou malade, vous pouvez contacter le Centre d'études et de sauvegarde des tortues marines en Méditerranée, qui prendra en charge l’animal et lui offrira tous les soins nécessaires.

Si vous trouvez un mammifère marin échoué sur la côte (attention : ne touchez pas l'animal, qu'il soit mort ou vivant), alertez les services municipaux ou les pompiers et contactez aussitôt le Groupe d'étude des cétacés de Méditerranée, membre du Réseau national d’échouage.